Marc Cain utilise des cookies afin de concevoir vos achats en ligne et votre expérience shopping personnelle de la manière la plus agréable possible. Grâce à l'utilisation de nos cookies d'analyse, nous sommes en mesure d'améliorer constamment la qualité de notre page d'accueil - à votre avantage ! Voici d'autres informations concernant nos cookies.

Ulla Holthoff est la première commentatrice de foot à la télévision allemande.

#MysteriousWomen #MyCuriosity

Ulla Holthoff est née en 1958 à Welver en Rhin-du-Nord-Westphalie. Comme fille d’un employé des chemins de fer, elle a grandi dans des conditions simples. Du point de vue de ses parents, son rôle futur était déjà fixé : ménagère et maman. Mais Hulla Holthoff était une enfant curieuse qui voulait des réponses à ses nombreuses questions. Sa curiosité l’a finalement amenée au journalisme. Lors d’un second cursus, elle passait le baccalauréat et son travail au service Rédaction Sport du quotidien « Westdeutsche Allgemeine Zeitung » lui a ouvert les portes du métier.
En tant que journaliste elle pouvait poser des questions et elle obtenait toutes les réponses qui lui étaient refusées dans son enfance. Elle fut la première femme à commenter un match de foot à la télévision allemande. Elle a ainsi apporté une note féminine dans cette branche dominée par les hommes. Ulla Holthoff est une femme forte, expérimentée qui a mérité le respect qu’elle engendre par ses prestations et par son succès.
Lorsque tu repenses à ton enfance, quel était ton plus grand rêve, lorsque tu avais peut-être dix ou onze ans, que voulais-tu absolument devenir ?
Ce que j’ai toujours voulu, c’est être indépendante. Je voulais quitter cette étroitesse d’esprit dans laquelle j’ai grandi, comme enfant à la campagne, avec à l’époque encore une vision du monde datant du 19ème siècle et non du 20ème. Tout était trop étroit pour moi et, sans objectif concret, mon rêve était simplement l’indépendance. Sortir de là et pouvoir me suffire à moi-même.

Quel a été ton parcours avant de devenir réellement journaliste ?
J’ai toujours voulu apprendre. Mais ma curiosité était relativement jugulée J’étais une enfant très curieuse. Mais en guise de réponse j’entendais toujours : ceci ne te regarde pas, ne t’occupe pas de cela, ce ne sont pas tes affaires. Et ceci n’a fait qu’accroître ma curiosité et je savais qu’en tant que journaliste je pouvais tout demander et que j’obtiendrais en général de bonnes réponses et que je pourrais apprendre, de première main, tout ce que j’ai toujours voulu savoir et non pas en passant par des tiers. Ceci a motivé mon souhait de devenir journaliste.

Tu n’as jamais agi comme les autres l’attendaient de toi mais tu es toujours restée la même. Quel était l’effet sur ton entourage ?
Je crois que mon attitude inconventionnelle avait un fort impact sur les autres. Comme je n’avais absolument aucune idée des conventions, je ne me rendais pas compte que mon attitude pouvait être parfois déplacée. Et ceci avait un effet très fort, très tranché sur les autres.

Comment étais-ce alors d’être la première femme qui commentait un match de foot ?
J’ai en partie mieux compris les matchs de foot que les collègues, ce qui m’a amené évidemment, très vite, une grande reconnaissance. Le scepticisme était cependant toujours présent. Mais, étonnamment, le rejet a augmenté au fur et à mesure que je progressais. En effet, je devenais alors une concurrence sérieuse pour les collègues et je leur prenais des jobs qu’ils pensaient devoir obtenir pour eux-mêmes.

Comment te décrirais-tu en tant que journaliste, quel genre de journaliste es-tu?
Pour moi il ne s’agissait pas de confirmer des clichés mais de me confronter aux situations et de rendre les contextes visibles. Je n’ai jamais été pour les gros titres mais pour les connaissances de base de journaliste. Ce qui m’a vraiment caractérisée jusqu’à ce jour a été, je crois, ma grande loyauté. Pour moi il n‘a jamais été question de tuer père et mère ni de dénoncer des personnes pour faire rapidement un gros titre mais de montrer vraiment les gens derrière les histoires.